Ne vous faites surtout pas masser !

Ne vous faites surtout pas masser !

Si vous voulez stagner, voire régresser, dans votre pratique en tant que professionnel du massage, alors surtout ne vous faites pas masser ! Mais ce serait fort dommage. Car vous vous priveriez, non seulement d’un bien-être indispensable, mais surtout d’une précieuse occasion d’améliorer la qualité de votre toucher. En vivant régulièrement l’expérience de recevoir, vous perfectionnez votre art. Ressentir est éminemment formateur.

« Toute figure exemplaire est nourricière de confiance. » Alain Peyrefitte (1925-1999), écrivain et politicien.

Combien déjà ?

A quand remonte votre dernier massage ? Je veux dire la dernière fois que vous vous êtes fait masser ? Deux mois ? Trois mois ? Plus ? Etes-vous aligné avec les conseils que vous prodiguez aux autres ? Sans doute, comme bon nombre de masseurs, avez-vous une réponse toute faite pour les clients qui s’enquièrent de la fréquence à suivre : « L’idéal serait de se faire masser tous les jours. Mais si vous pouvez une fois par semaine, c’est déjà bien. En tout cas, ne laissez pas passer plus d’un mois entre deux rendez-vous. » Une belle réponse ma foi, pleine de sens. Mais vous, respectez-vous seulement cette recommandation ? Ou bien êtes-vous au-dessus de ça ?

Soyez exemplaire !

Vous êtes pourtant concerné à plus d’un titre. Comme tout un chacun, vous devriez bénéficier le plus souvent possible des immenses bienfaits du massage, bienfaits que vous connaissez bien sûr par cœur. Je dirai même : plus que n’importe qui, vous avez besoin de massages. Parce que vous êtes en contact direct avec la souffrance des autres. Vous ne pouvez pas vous permettre d’être le cordonnier le plus mal chaussé. Auriez-vous confiance dans les conseils minceur d’un bon vivant ? Suivriez-vous les suggestions de voyages de quelqu’un qui ne voyage jamais?

Grandissez de l’intérieur !

Mais ce n’est pas pour le simple bien-être, qui constitue pourtant un intérêt majeur, que je vous incite à recevoir des massages. C’est parce qu’il s’agit de la profondeur de votre savoir-faire. Pas le savoir-faire d’imitation indispensable qu’on acquiert dans les formations. Je parle du savoir-faire de l’expérience et du ressenti. Le savoir-faire des sensations, celui qui se construit de l’intérieur, lentement, par petites touches et qu’on ne peut transmettre. Celui des émotions, qui ne se soumet pas aux recettes, mais laisse en vous au fil du temps une empreinte forte qui définira la puissance de votre style.

Passez la main !

Faites-vous masser ! Un masseur qui ne se fait pas massé pendant longtemps voit son talent s’émousser inexorablement. Pour garder la main, il faut beaucoup donner, mais il faut aussi recevoir régulièrement. Prenez la place de vos clients ! Même si nous sommes tous différents, vous connaîtrez des sensations proches des leurs, vous vivrez des expériences similaires. Et dans votre pratique quotidienne, vous pourrez vous appuyer sur ce vécu pour donner le meilleur de vous-même.

L’enquête sensorielle

Pour un professionnel, recevoir un massage est une véritable master class. Vous y puiserez des enseignements qu’aucun maître ne pourrait vous livrer. Profitez de vos visites à l’extérieur pour progresser dans tous les domaines. Le massage n’est pas qu’une technique manuelle, vous le savez. C’est un voyage intérieur. Alors soyez attentif à tous ses aspects : accueil, décoration, ambiance, protocole bien-sûr, marketing, etc. Notez même les détails qui ne vous paraissent pas heureux, ne serait-ce que pour prendre conscience de ce qu’il faut absolument éviter. En procédant de cette manière, vous ne serez jamais déçu, même si le massage vous a semblé médiocre.

Quel massage choisir ?

J’ai envie de dire : « tous ! » :

  • Recevoir les massages que vous pratiquez vous-même vous permettra de découvrir d’autres interprétations, d’autres variantes, et d’enrichir votre approche.
  • Recevoir les massages que vous ne connaissez pas vous initiera à de nouvelles manœuvres qui viendront nuancer votre palette, vous ouvrira de nouvelles perspectives, et pourrait même susciter une remise en question constructive.
  • Recevoir des massages que vous n’aimez pas est aussi très intéressant. Après tout, si vous n’avez pas aimé tel massage, c’est peut-être parce que le praticien n’était pas dans un bon jour ou pas à la hauteur du tout. En d’autres mains, le même soin pourrait se révéler surprenant.

Quand vous vous faites masser, c’est votre savoir-faire intime qui est modelé.

P.S. : Astuce ! 

Consultez votre comptable. Vous devriez pouvoir inclure ces prestations dans vos charges. Motif : veille concurrentielle, test avant formation éventuelle, veille métier, etc. Pensez à demander une facture.

A quelle fréquence vous faites-vous masser ? Et quel massage recevez-vous le plus souvent ? Dites-le dans les commentaires en-dessous.

 

By | 2015-12-27T08:48:51+00:00 17 septembre 2015|Categories: Savoir-être|Tags: |2 Comments

2 Comments

  1. Hesry 17.09.2015 at 08:27 - Reply

    En tant que masseuse et formatrice, je me fais masser au moins 1 fois par mois.
    Je dis toujours aux élèves qu’il est essentiel pour devenir un meilleur masseur de ressentir les massages qu’ils apprennent.
    De ressentir un même massage dans des états d’être différents (stressé, triste, en forme etc) afin de vivre avec un même massage des expériences totalement différentes. C’est pour moi le meilleur enseignement et cela nous permet de mieux comprendre et conseiller ses clients.
    Merci Éric de partager ton savoir.

    • Eric Bah 17.10.2015 at 07:59 - Reply

      Je te félicite d’appliquer ces principes et d’y sensibiliser tes élèves. Et tu as raison : vivre les massages selon des états émotionnels différents est très enrichissant.

Leave A Comment